Edito du 18 décembre 2013

18/12/2013

Les Lilas, le 18 décembre 2013

 

Chers amis du Triton,

 

Plus encore que nous l’espérions, l’inauguration de notre seconde salle le 22 septembre dernier, a été une immense réussite. Avec près de 2000 spectateurs, 35 concerts, 80 musiciens compagnons du Triton sur scène et autant dans le public, l’ensemble de nos partenaires institutionnels présents, nous pouvons tous nous féliciter de cette journée qui restera  dans nos mémoires comme un grand moment d’amitié, de partage et de musique.

 

Le lendemain, le retour à la réalité fut comme prévu douloureux. En raison notamment des retards de paiement des subventions d’investissement liées à la nouvelle salle et de certaines subventions de fonctionnement, les difficultés rencontrées en trésorerie étaient réelles et alarmantes. Pour remédier à cette situation, il a fallu, dans l’urgence, mobiliser tous nos proches, seuls relais intermédiaires possibles pour éviter que le Triton ne sombre…

 

Malgré ce réveil pénible, l’enthousiasme était bien là le 23 au matin, pour donner enfin vie à cette salle, dont l’authenticité et l’acoustique venaient de nous émerveiller. Quelques jours après, le premier concert officiel dans la « Seconde » confirmait nos espoirs : cette salle, dont la construction avait été l’objet quotidien de notre engagement depuis trois ans, devenait aujourd’hui le moteur de notre nouveau projet, le poumon de notre nouvelle jeunesse. Pendant trois mois, tambours battants, après de multiples installations, mises au point et expérimentations, notre rêve devenait réalité. Investi au quotidien par des équipes artistiques, l’activité du Triton décuplait entre les résidences, les répétitions, les mises à disposition des salles et le doublement du nombre de concerts diffusés.

 

C’est dans cette voie que nous souhaitons poursuivre en 2014. Avec plus de 200 concerts, 100 jours de répétitions, 30 créations inédites, 2014 sera également l’année la plus riche de notre histoire d’un point de vue artistique, avec notamment les résidences d’implantation pendant 3 ans des Compagnies Aime l’Air et Archimusic ; les cartes blanches à Marc Ducret et Roberto Negro ; les résidences de création de Christian Vander, Sarah Murcia… En matière de programmation, nous poursuivrons le chemin amorcé avec les séries de concerts (3 à 5 représentations d’un même programme) et nous ouvrirons davantage encore notre lieu à d’autres pratiques artistiques (théâtre, arts numériques, projections, ciné-concerts).

 

Au-delà du projet artistique, la question du financement lié au fonctionnement de ce nouvel espace n’est toujours pas réglée. A part la DRAC et la Région Ile-de-France que nous remercions ici, nos autres partenaires institutionnels n’ont pas décidé d’accroître leur soutien, pourtant parfaitement conscients du coût supplémentaire annuel généré par l’exploitation de cette seconde salle (100.000 euros). Souhaitons qu’ils trouvent rapidement les marges de manœuvre pour mieux nous accompagner. D’autre part, nous espérons que la communauté d’agglomération Est Ensemble s’engagera à nos côtés et permettra d’éclaircir nos perspectives d’avenir.

 

Plus que jamais engagé au service de la musique et de l’intérêt général, le Triton n’a néanmoins jamais été aussi fragile. Ainsi, j’invite solennellement tous nos partenaires institutionnels à prendre conscience de l’évolution de notre projet et à soutenir le Triton à la hauteur de ce qu’il fait et de ce qu’il est aujourd’hui.

J’en appelle par ailleurs au soutien accru de tous ceux qui adhèrent à notre utopie.  

 

Jean Pierre VIVANTE, président du Triton

Retour