Comité d'écoute

Editer

Editer

Armel Veilhan Editer

Armel Veilhan - direction artistique - comédien, metteur en scène, auteur

Armel Veilhan est né en 1964 à Strasbourg. Après des études de piano (Médaille d’Or au Conservatoire de Nantes), il se tourne définitivement vers le théâtre à l’âge de vingt ans. Sa première expérience, c’est Antoine Vitez et Ctibor Turba qui la lui offrent au TNP en 1984 pour la création de La Traversé du dessert, un spectacle de clowns pour le jeune public.

Puis, jusqu’en 1994, il se forme auprès du metteur en scène Françoise Merle et de sa troupe en créant plus de onze spectacles (Marivaux, Maeterlinck, Molière, Isabelle Eberhardt, la poétesse Sylvia Plath, Tchékhov, Merle...) en Île-de-France (Théâtre des Bouffes du Nord, Théâtre des Arts Cergy Pontoise, Théâtre de l’Athénée Louis-Jouvet, Théâtre de la Cité Universitaire …) et en tournée (France, Belgique, Maroc et Algérie grâce au soutien de l’AFAA).

En 1995, il quitte sa première famille de théâtre avec l’idée de fonder sa propre compagnie et il joue sous la direction de Serge Pauthe et Mohamed Akel Akian – Brecht, Le Cercle de Craie Caucasien / Simon Chachava – Beaumarchais,Le Barbier de Séville / Comte Almaviva et Abdelkader Djemaï, Un Eté de Cendre, mise en scène de Sandrine Charlemagne au Théâtre National de Lille, ….

En 1999-2000, Armel Veilhan adapte et met en scène Tanguy, roman de Michel del Castillo. Il rencontre alors l’écrivain qui lui confie ses deux premières pièces Le Jour du destin et Une Répétition.

Il créé Une Répétition en 2002 (Prix des Journées des Auteurs de Lyon) dans une scénographie d’André Acquart. Cette première mise en scène, accueillie par Frédéric Hocquart et Ariel Cypel à Confluences (40 représentations) soulève une vive polémique à trois mois de l’ouverture de l’année de l’Algérie.

Ce texte est le premier volet d’un triptyque « Espoir et décadence » pour lequel sa compagnie, Théâtre A, est en résidence à l’Espace Culturel Confluences jusqu’en 2009.

En 2006, il adapte et met en scène Une scène jouée dans la mémoire d’après Charlotte Delbo, écriture scénique chorale pour six corps, le deuxième volet du triptyque.

Puis, en 2008-2009, il créé sa première pièce Brouillages, dernier volet du triptyque « Espoir et décadence » (38 représentations).

En 2010-2011, il met en scène avec Serge Gaborieau "Les Bonnes" de Jean Genet - 150 représentations, à Théâtre A et au Lucernaire (Paris 6ème) - ( reprise en 2012) et il joue Le Naufragé de Thomas Bernhard, adapté et mis en scène par Joël Jouanneau (L'Eldorado / Théâtre Vidy-Lausanne, et tournée 2013-2014 : La Manufacture-CDN de Nancy, la Maison de la Culture de Bourges...).

Armel Veilhan a fondé la compagnie Théâtre A en 1998, compagnie aujourd’hui organisée en collectif (Marie Fortuit, Violaine Phavorin comédiennes, et Jacques-Benoît Dardant scénographe) et installée aux Lilas (93) à LA MAILLE, ancien entrepôt transformé en fabrique théâtrale.

Diplômé d’Etat, il ne sépare pas son activité de metteur en scène de celle de pédagogue. Avec Théâtre A, il crée un espace de formation et de laboratoire, « Un Cours Alternatif ».
Editer

Questions ? Réponses !

Les pieds sur terre la tête dans les étoiles

  • Un disque ? La Scala - Keith Jarrett
  • Un livre ? Les frères Karamazov - Fédor Dostoïevski
  • Un film ? Soleil trompeur - Nikita Mikhalkov
  • Ton meilleur souvenir au Triton ? 
    Beaucoup !  mais si je dois choisir : Sylvain Cathala trio invite Kamilya Jubran et Nothing Hurts de Falk Richter
  • Tes 3 vœux ? 
    Réunir tous mes amis, tous mes proches car ma vie n'aurait aucun sens sans eux 
    Achever mon second roman Shalom (titre actuel) 
    Jouer Oncle Vania de Tchekhov
    Voyager quelques temps à la voile : ma seconde passion avec l'art.

Non renseigné Editer

Non renseigné Editer

Non renseigné Editer

Non renseigné Editer

En fabrique au Triton

Armel Veilhan